Manon Savard et Nicolas Beaudry obtiennent la distinction Alcide-C.-Horth

4 décembre 2019

Les professeurs Manon Savard et Nicolas Beaudry ont obtenu, ex aequo avec leurs collègues Mélanie Gagnon et Catherine Beaudry, la distinction Alcide-C.-Horth 2019. Un prix qui récompense l’important apport de ce duo de chercheurs à la recherche en archéologie et à la mise en valeur du patrimoine de l’Est-du-Québec.

Depuis 2009, les professeurs Savard et Beaudry ont développé ce nouveau champ de recherche et d’enseignement à l’UQAR. Le Laboratoire d’archéologie et de patrimoine (LAP), l’École de fouilles archéologiques et les conférences ArchéoPat ont permis de faire valoir la richesse et les particularités du patrimoine archéologique régional et de former une relève dans le domaine.

Manon Savard s’est jointe à l’UQAR en 2005 comme professeure en géographie humaine de l’environnement et Nicolas Beaudry l’année suivante comme professeur en histoire et en archéologie. Au cours des dernières années, ils ont publié quatre livres, près de 60 articles scientifiques ou chapitres de livre, une quarantaine de rapports et présenté 88 communications dans des colloques, dont la grande majorité à titre de premiers auteurs.

« Depuis la création du LAP, la professeure Savard et le professeur Beaudry ont réussi à créer un pôle de référence en archéologie et en culture matérielle dans l’Est-du-Québec. Ils ont de plus développé une expertise de premier plan sur les questions patrimoniales. La communauté régionale est l’une des grandes bénéficiaires de leurs initiatives en recherche, les partenariats établis dans la péninsule gaspésienne, la vallée de la Matapédia, le Témiscouata et la grande région de Rimouski en témoignant avec force », observe le professeur Jean-René Thuot.

La contribution des professeurs Savard et Beaudry sur les plans de la formation et de la recherche a été soulignée à plusieurs reprises. Ils ont reçu la distinction Pascal-Parent (2014) pour la création de l’École de fouilles archéologiques et le Prix du patrimoine du Saint-Laurent (2016) pour l’apport de leurs travaux archéologiques au développement de la collectivité régionale. Leurs recherches sur l’Île Saint-Barnabé et le camp de la grippe espagnole de Sainte-Irène ont fait l’objet d’une importante couverture médiatique. En outre, leurs travaux ont souvent bénéficié de l’appui d’importants organismes subventionnaires, comme le CRSH, le CRSNG, le FRQSC, le Commonwealth Trust, le British Council et les Maisons des sciences de l’Homme, en France.

La distinction Alcide-C.-Horth est attribuée annuellement par la Fondation de l’UQAR en alternance entre les sciences naturelles, appliquées et de la santé et les sciences humaines et sociales.

Partager cet article